Un médecin du 1er RAMa en Guyane

21 04 2009

Un médecin du régiment en Guyane
Album : Un médecin du régiment en Guyane

11 images
Voir l'album
En Guyane, l’Etat a constaté une recrudescence de violence de la part de ceux qui s’adonnent à l’orpaillage illégal, les « garimpeiros ». Ainsi, Sous la conduite du Préfet de Guyane, le président de la République a décidé de lancer une opération d’envergure, Harpie, prolongeant l’action de la gendarmerie nationale dans ce domaine et qui voit l’engagement à ses côtés des services du ministère de l’Intérieur, de la Justice et de la Défense.

L’opération « HARPIE » a pour but de :

• mettre un coup d’arrêt à l’orpaillage illégal en Guyane ;

• détruire les installations sur les sites d’orpaillage illégaux ;

• détruire l’économie souterraine en Guyane ;

• lutter contre l’immigration irrégulière dans ce département d’outre-mer (DOM).

Depuis février 2008, les forces armées en Guyane (FAG) sont renforcées par des militaires projetés depuis la métropole et les Antilles. Depuis cette même date, le service de santé des armées (SSA) est également engagé dans l’opération Harpie. C’est dans ce cadre qu’un officier médecin du régiment est parti en Guyane.

Des médecins et infirmiers arment 5 postes de secours implantés dans des bases opérationnelles avancées (BOA) le long des fleuves frontières. Des équipes EVASAN AÉRIENNE, formées à l’hélitreuillage et en alerte H 24, complètent le dispositif. Les postes de secours assurent le soutien d’opérations ponctuelles comme les patrouilles à pied ou des opérations plus conséquentes engageant les moyens des armées et de la gendarmerie.

Pour pallier l’isolement de certaines BOA, l’institut de médecine tropicale du service de santé des armées (IMTSSA) a ainsi mis en place des valises de télémédecine. Elles permettent au médecin intervenant en pleine forêt guyanaise d’échanger de données médicales par liaison satellite avec des services spécialisés de l’hôpital interarmées de Sainte Anne à Toulon.

Par ailleurs, le système de surveillance spatiale des épidémies au sein des forces armées en Guyane (2SEFAG) permet le recueil épidémiologique en temps réel. Ces innovations, associées au choix d’un soutien médical de proximité adapté, contribuent directement au renforcement de la capacité opérationnelle des forces armées engagées dans l’opération Harpie.

Dans tous les domaines et dans toutes les spécialités que le 1er RAMa sollicite, l’opérationnel est une composante déterminante qui démontre la capacité professionnelle du régiment.


Actions

Informations



Une réponse à “Un médecin du 1er RAMa en Guyane”

  1. 30 10 2009
    devis mutuelle (13:51:36) :

    merci pour votre article

Laisser un commentaire




FCPE MAGNY LES HAMEAUX |
La relation créatrice |
Le blog du 1er régiment d'a... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'islam social
| SAUVONS NOS ECOLES !
| On nous prend pour des cons!