Un bigor au Swaziland

21 10 2008

DIO au SwazilandDurant 8 jours, le SCH Bermond a été attaché au DIO armé par les FAZSOI dans le cadre d’un accord passé avec le Swaziland. Il nous raconte sa mission.

Dans la perspective de la montée en puissance d’une compagnie motorisée swazi prévue pour un engagement dans une opération de soutien de la paix (OSP), un détachement d’instruction opérationnel (DIO) fut envoyé au Swaziland du 09 au 17 Octobre 2008. 

La formation fut axée sur l’apprentissage des missions liées aux OSP : L’escorte de convoi, le Check-point, la Fouille, la Patrouille et la sensibilisation au danger des mines. 

Ce DIO fut composé de personnels du 2èmeRPIMa, de l’EMIA, du NEDEX et du DLEM. Je représentais donc à la fois le 1erRAMa et le détachement de légion étrangère de Mayotte.

Après 07h de Transall, nous débarquions jeudi 09 Octobre sur l’aéroport de MANZINI au Swaziland. Un bus nous attendait pour nous accompagner à notre hôtel à M’BABANE, capitale de ce petit pays situé au nord-est de L’AFRIQUE DU SUD à la frontière avec le MOZAMBIQUE.

Sans plus attendre, l’instruction a commencé. Nous rencontrons les quatre sections de cette compagnie motorisée, armée par du matériel sud-africain. Ces soldats à la culture britannique nous font très bonne impression par leur accueil et leur motivation. Ils nous rappellent néanmoins deux choses primordiales : tous les cours seront bien dispensés en anglais et nous ne devrons pas oublier le « tea breack » (pause thé) tous les matins à 10h.

La zone d’instruction était un camp isolé dans les montagnes swazi à 1200m d’altitude. La semaine est passée très vite, les cours, les mises en situation et les démonstrations se sont enchaînés. Notre savoir faire et l’effort de la langue anglaise ont été appréciés.

La formation s’est achevée sur une synthèse le jeudi 16 Octobre où toutes les autorités militaires et civiles du pays étaient présentes. Le but était simple : les différentes sections devaient restituer tous les savoir-faire acquis lors de cette semaine dans un scénario bien précis et avec de nombreuses réactions à l’embuscade. La joie fut totale aussi bien pour les stagiaires que pour les instructeurs. La synthèse réussie est les autorités ravies. 

La mission s’est alors achevée par un vol retour marqué par un détour sur Durban où nous avons pu tous poser les pieds sur le sol sud-africain.

Cette mission restera un très bon souvenir. Nous avons pu constater que notre renommée et notre savoir faire militaire nous avaient bien largement devancés et que contrairement aux idées reçues, les français ne sont pas si mauvais en langues étrangères.


Actions

Informations



3 réponses à “Un bigor au Swaziland”

  1. 22 10 2008
    lo (13:35:24) :

    bien sur que non nous ne sommes pas si mauvais en langues étrangères je vous l’accorde

  2. 24 10 2008
    NOUGAREDE Jean jacques (08:04:38) :

    L’ancien du 1er RPIMa est fier du fils de son pote. C’est avec également avec envie que je viens de prendre connaissance de tes « exploits ».
    Continue et persévère. Tu es sur la bonne voie.
    Je suis heureux de voir que de jeune Français gardent cet esprit de corps et un réel amour pour le métier des armes.
    Je partage avec ton père la fièrté d’avoir un gars comme toi pour fils.
    Merci
    Jean jacques

  3. 24 10 2008
    NOUGAREDE Jean jacques (08:07:56) :

    Au fait, Happy birthday!
    A bientôt

    jean Jacques

Laisser un commentaire




FCPE MAGNY LES HAMEAUX |
La relation créatrice |
Le blog du 1er régiment d'a... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'islam social
| SAUVONS NOS ECOLES !
| On nous prend pour des cons!