Du 1er RAC au 1er RAMa en 18 garnisons

28 07 2008

De Lorient à Couvron
Album : De Lorient à Couvron
Images de quelques garnisons où le 1er RAMa à jeté l'ancre
8 images
Voir l'album
Alors que les annonces concernant les restructurations des armées viennent juste d’être annoncées, il semble intéressant de faire un petit retour en arrière sur l’histoire du régiment. En effet, si on se limite uniquement aux garnisons en métropole, le transfert vers Châlons en Champagne sera la 18ème affectation. Bien sûr toutes les garnisons n’ont pas eu la même importance. 

Historiquement c’est bien entendu Lorient qui reste le berceau de l’artillerie de marine puisque le régiment y aura séjourné plus de 300 ans depuis la création des compagnies d’artillerie de marine en 1622 ! Néanmoins si la portion centrale tenait garnison au quartier Frebault ou à la caserne Bisson, de nombreux détachements étaient répartis sur les grands ports de la marine (Brest, Toulon, Cherbourg, Rochefort et La Rochelle). 

En 1929, c’est la rupture. Le 1er RAC recréé après la scission du 111ème RACL tient garnison à Libourne avec un détachement à Bordeaux. Il y restera 10 ans jusqu’à sa mobilisation durant la seconde guerre mondiale et à la disparition du régiment dans la tourmente de juin 1940, dont les groupes d’artillerie sont soit détruits soit contraints à la reddition. 

La recréation du 1er RAC à partir du 1er RAFFL en 1945 marque le début d’une période très difficile pour le régiment. En effet durant 6 années, le régiment va littéralement errer de garnisons en garnisons : Clermont Ferrand, Chambéry, Castres et Belley sans parler des garnisons en Allemagne Landau, Bad Durkheim, Darmstadt. Il va sans dire que cette période noire est particulièrement pénible pour les familles. 

Heureusement, la stabilisation intervient le 1er avril 1951 quand le 1er RAMa s’installe au quartier Pajol à Melun avec un détachement au Fort Neuf de Vincennes. Le 18 juin 1952, le quartier sera rebaptisé Laurent-Champrosay en hommage à celui qui aura ranimé la flamme du 1er RAC. 

En juillet 1977, après 26 années à Melun, le régiment change à nouveau de garnison et s’installe au quartier Picard à Monthléry. Il y retrouve le RMT. 

Enfin, le 1er août 1993, le régiment rejoint le quartier Mangin à Laon Couvron après 15 années de présence à Monthléry. Il n’y restera donc que 19 ans avant de rejoindre sa 18ème garnison de Châlons en Champagne au quartier Corbineau. 

Au final, et si l’on excepte la période particulièrement stable de Lorient, le régiment aura jeté l’ancre dans 17 garnisons en 70 ans ! Cela ne tient pas compte, bien sûr, des multiples restructurations et réorganisations du régiment qui aura connu tout les formats possibles et imaginables. 

De quoi faire preuve d’un peu de philosophie avant le futur transfert.


Actions

Informations



12 réponses à “Du 1er RAC au 1er RAMa en 18 garnisons”

1 2
  1. 26 03 2009
    Lasserre Christian (14:39:58) :

    Bonjour ! Ceci n’est pas vraiment un commentaire ! Je voudrais savoir comment récupérer les états de service du grand-père maternel de mon père, Magne Charles(1837-1899), ayant servi comme premier cannonier au Régiment d’Artillerie de Marine de Lorient dans les années 1870. Début de service ignoré, fin de service en 1875, après un détachement à Nouméa, en Nouvelle Calédonie (avec sa femme et où il a perdu un fils âgé de trois ans fin 1874). Je voudrais savoir s’il est possible de récupérer ses états de service et comment. Avec mes remerciements, Christian Lasserre.

  2. 26 03 2009
    1 RAMa (22:03:19) :

    Bonsoir,
    le régiment ne détient pas les archives des dossiers individuels, par contre il est possible de consulter ces dossiers en s’adressant au service historique de la défense au fort de Vincennes.

    Sous réserve de respecter les contraintes de communicabilité vous serez réorienté vers le service compétent. Seuls les dossiers officiers sont archivés à Vincennes, pour les sous officiers et les militaires du rang, les archives sont dispersées à travers la France.

    Cordialement

  3. 27 03 2009
    Alice (09:06:46) :

    ci-dessous quelques info vous permettant de guider vos recherches, sinon connectez-vous sur quelques sites de généalogie et vous trouverez surement la réponse à vos questions, voire quelqu’un qui pourra faire les recherches pour vous.
    Bonne journée.

    pour obtenir le dossier militaire (à partir de l’état civil (date et lieu de naissance)

    1)Mairie du lieu d’habitation de l’interressé à 20ans

    2)AD voir le registre matricule avec etat de service de l’interressé dans la série R (à rechercher dans le chef lieu de canton de la commune)(militaire né AVANT 1917) délai de consultation sans justificatif après 90 ans.

    3) à PAU courier pour demande des états de service
    (militaire né entre 1917 et 1956)fournir justificatif de filiation, année de Naissance et domicile à l’age de 20ans.

    4)Vincennes pour les officiers (après recherches aux AD et..prendre rdv
    voir détails dans les messages précédents

    5) Pour un invalide de guerre, demander copie de son dossier invalide de guerre au service départemental des Anciens combattants

    le SHD adresse :
    Service historique de la Défense
    Château de Vincennes
    Avenue de Paris
    94306 Vincennes cedex
    Source : http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/

  4. 29 03 2009
    Lasserre Christian (11:56:42) :

    Merci à tous Christian.

  5. 17 05 2009
    meurice (19:49:25) :

    nous sommes venus aujourd’hui aux portes ouvertes de la base de couvron
    nous avons trouvés ça génial
    trés bon acceuil, belle base ,activités divers pour les petits comme pour les grands.
    ces journées permettent de faire decouvrir aux civils ce métier voir cette passion .
    bravo pour cette réussite et merci d’avoir permis a mon fils de 7 ans de realiser son réve : « passer une journée a l’armée »

  6. 25 06 2010
    Dourneau Claude (15:01:41) :

    caporal et retraité comme tel. Né en 1785 à Varzy ( 58 ) . Quels sont ses états de service ayant rencontré sa premiere épouse en Moselle ou en Allemagne de nom de Bohnen Marie Joséphine. Mariés à Varzy -A fini sa carrière militaire à Lorient ( 56 ) et se retira avec son épouse à Port Louis 56.

  7. 8 10 2013
    casanova (10:29:19) :

    J’ai vécu au quartier Pajol en 1956 et la caserne se nommait toujours Pajol et non Champrosay au sommet des grilles de l’entrée une banderole métallique semi-circulaire avec pour inscription 1° régiment d’artillerie coloniale.
    Les familles vivaient dans le bâtiment situé a droite de l’entrée.

  8. 19 04 2014
    Charles Sztern (22:26:24) :

    Bonjour,

    J’étais soldat au 1er RAC au Château de Vincennes en 1953. Le Chef de Corps était Mr. KEIM, je voudrais savoir ce qu’il est devenu.

    Merci d’avance,
    Charles Sztern

  9. 4 05 2015
    Bigotjean pierre (09:48:21) :

    le colonnel Boussarie j’etais a la bcs Batterie de commendement et de services la classe 682c ;2eme classe sous le commendement du capitaine Baldessent

  10. 4 05 2015
    Bigotjean pierre (09:52:34) :

    qu’est devenue la caserne ;celle de Blois 41000 ou je suis et amenagée en logements

1 2

Laisser un commentaire




FCPE MAGNY LES HAMEAUX |
La relation créatrice |
Le blog du 1er régiment d'a... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'islam social
| SAUVONS NOS ECOLES !
| On nous prend pour des cons!